Accident mortel à Saint Clair (1810)

Ecrit par Michel G le 7 mai 2016 dans Historique de la commune |

Cet article, en deux épisodes, est l’occasion d’évoquer deux familles de nos villages entre 1780 et 1810. Dans le premier : les Seigle Madinier, à Clonas principalement ; et dans le deuxième : les Levet Revon, à Saint Clair et Les Roches.

Antoine Seigle ; « journalier » de 40 ans, meurt à Saint- Clair suite à un grave accident. Dans les registres, le 12 mars 1810, est inscrit son acte de décès[1]

L’accident !

Décès Antoine Seigle St Clair 1810Décès Antoine Seigle St Clair (suite)

Antoine Seigle est « décéddé le jour d’hier compté le onze dudit mois, à six heures et demi du soir » « Né à Belgarde, département de l’Isère, demeurant à Clonas, même département, marié avec Agate Madinier » Antoine est « déceddé dans la maison de Jean Baptiste Levet, cituée dans notre commune, granger[2] à Monsieur Grubis de Saint – Alban du Rhône chez lequel il a été transporté d’après l’accidant qui luy est survenu par la voiture qu’il conduisait qui a renversé sur luy ; dont, nous Maire, ainci que biens d’autres témoins ont été pour le secourir »

La déclaration en mairie est faite par Jean Madinier « son beau-frère » 35 ans, habitant à Clonas « et par Monsieur Marc Colombat, maire de Clonas, qui s’est transporté pour vérifier l’effet (lire : les faits) énoncé ci-dessus ». L’acte est signé par « Louis Boudin, Maire de la commune de Saint Clair » et « Monsieur Collombat, et non le dit Madinier pour ne savoir (signer) ainci qu’il la déclaré »

La famille Seigle Madinier

« Belgarde en Isère » est Bellegarde-Poussieu ; où naît Antoine Seigle. Il se marie à Clonas le 19 pluviôse An V (c’est-à-dire le 7 février 1797)

Sous le Directoire ; le calendrier républicain est encore en usage. Le calendrier grégorien ne sera rétabli que huit ans plus tard, sous l’Empire. Voir à ce sujet mon article sur Les Roches de Condrieu :

http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article2213

L’acte de mariage[3] nous en apprend beaucoup sur le couple Antoine Seigle-Agathe Madinier :

  • « Le citoyen Antoine Seigle garçon meunier, résidant à Clonas » est le fils de « feu Antoine et de déffunte Magdeleine Nicaise (de leurs vivants) domiciliés dans la commune de Poussieu, canton de Montseveroux » Antoine est né le 24 octobre 1767 « dans la commune de Poussieu »
  • « Agathe Madinier, âgée de vingt un ans, fille d’Antoine Madinier, cultivateur, et de Marie Benatru ; domiciliés au dit Clonas… » Agathe est née à Clonas le 3 novembre 1775.
  • Leurs témoins sont Claude Jacquier, 31 ans ; Jean Leneyre, 45 ans ; Pierre Dagny, 30 ans ; Claude Antoine Joseph Ginet, 35 ans ; « tous citoyens propriétaires et cultivateurs résidant à Clonas »

Entre 1797 et 1810, sept enfants naissent à Clonas. Antoine est « journallier » en 1798 et « cultivateur » les autres fois lorsqu’il déclare les naissances en mairie. Il ne sait pas signer :

1/ Marie, le 23 germinal An V (12 avril 1797) née deux mois après le mariage de ses parents, elle décède à 16 mois le 11 fructidor An VI (28 août 1798) « dans le domicile d’Antoine Madinier, son grand-père maternel » à Clonas

2/ Agathe, le 17 frimaire An VII (7 décembre 1798) Ce doit être elle, prénommée Rose dans l’acte de décès, qui meurt à 11 ans le 17 février 1810. Est présent « Jean Louis Titoulet, prêtre desservant » la paroisse.

3/ Antoine, le 14 vendémiaire An IX (6 octobre 1800) Témoin : Antoine Madinier « son oncle de Clonas » 50 ans.

4/ Benoît, le 30 brumaire An XI (21 novembre 1802) Le 11 juin 1823, son frère Antoine (ci-dessus) déclare son décès la veille « dans le domicile de leur mère à l’âge de vingt un ans »

5/ Anne, le 1er vendémiaire An XIII (23 septembre 1804)

6/ Jean, le 21 février 1806. Mort à 14 ans le 8 février 1820 « fils légitime de feu Jean Seigle, de son vivant cultivateur au dit Clonas et de vivante Agathe Madinier »

7/ Marie, le 30 janvier 1809. Est présent « Jean Louis Titoulet, prêtre desservant » 49 ans. Marie meurt à 7 mois « dans la maison de son père » « Jean Louis Titoulet, prêtre desservant » est présent là aussi. Est-il le parrain ?

A suivre dans notre prochain épisode : les familles Levet Revon

[1] 9NUM/AC378/6 registre des décès (1793-1838) collection communale de Saint Clair « en ligne » sur le site des archives départementales de l’Isère ; vue 102/253. L’acte sur le registre destiné au Greffe est d’une rédaction plus soignée : il n’est pas raturé et il n’y a pas l’oubli ni « l’aspostil » (le renvoi) liés à l’endroit de la maison de Jean Baptiste Levet. Cet acte a du être rédigé en deuxième.

[2] Le granger, en Dauphiné, est celui qui tient une ferme en location et partage les récoltes avec le propriétaire. C’est autrement dit un métayer.

[3] 9NUM/5 E 115/4 registre des mariages (1793-1874) de Clonas sur Varèze « en ligne » sur le site des archives départementales de l’Isère ; vue 10/308

Création et Copyright : Association 1804 St Clair Patrimoine© [N° R.N.A. W383003472 - SIRET : en cours]
asso1804stclair@gmail.com - Siège : Hôtel de Ville 38370 St Clair du Rhône - Mentions légales